PARISE LA DUCHESSE

 

Manuscrits :

Vers : 

Laisses : 

Date de composition : Entre 1225 et 1250.

Langue : 

Édition : 1) G. F. de Martonne, Paris, Techener, 1836, Roman des douze Pairs de France, n° 4.

             2) François Guessard et Lorédan Larchey, Paris, Vieweg, 1860, Anciens poètes de la France n° 4.

             3) May Plouzeau, CUER MA, Aix-en-Provence, Sénéfiance, 1986.

Cette chanson appartient au cycle de Doon de Mayence et plus précisément à la geste de Nanteuil.

Pour consulter la liste des ouvrages critiques et autres articles sur cette chanson, cliquez ici.

 

Cette chanson raconte les nombreux déboires que doit subir Parise, la fille de Garnier de Nanteuil et d'Aye d'Avignon, à cause de traîtres.

Raymond, duc de Saint-Gilles et de Vauvenice, a épousé Parise, la fille de Garnier, dont il attend un fils. Des traîtres de la race de Ganelon - Béranger, Amaugin, Milon, Aulori, Hardré - veulent se débarrasser de la duchesse : si elle découvrait qu'ils avaient tué Garnier, elle les ferait tous pendre par le duc. Ils lui envoient un présent de pommes empoisonnées. Par malheur, Beuve, le frère de Raymond, y goûte le premier ; les traîtres font croire à Raymond que la duchesse a empoisonné Beuve. Le duc bannit Parise de sa terre et elle part accompagnée de quatorze chevaliers, fils du vieux Clarembaut.

En Hongrie, au milieu d'un bois, Parise met au monde un fils qui est aussitôt enlevé par des larrons. Ils le livrent au roi de Hongrie qui l'élève avec amour. Parise se rend à Cologne, chez le comte Thierri, où elle devient la nourrice du fils de ce dernier.

Le roi de Hongrie veut marier Hugues, le fils de Parise, avec sa fille Sorplante, mais Gontagle de Lausanne, cousin de Ganelon, s'y oppose. Dans une rixe, Hugues tue de coups d'échiquier le fils de Gontagle avec trois autres jeunes nobles et s'enfuit. Il arrive à Cologne chez le comte Thierri, est reconnu par sa mère, part pour la venger avec les fils de Clarembaut et six cent hommes fournis par Thierri.

Entre-temps, les traîtres ont marié la fille de Béranger à Raymond malgré l'opposition de Clarembaut, qui déclare la guerre au duc. Les bourgeois se soulèvent, eux aussi, contre Raymond et chassent de la ville la fille de Béranger. Hugues se joint à Clarembaut, et après d'interminables combats, réussit à se faire reconnaître par son père.

Parise est ramenée chez elle et pardonne au duc. Le roi de Hongrie a trouvé moyen de suivre Hugues et, arrivé à Vauvenice, fait brûler Béranger, Hardré et Gontagle. Hugues est bientôt marié à la belle Sorplante et couronné roi de Hongrie.

 

 

Retour au Sommaire